Nominée aux Victoires de la Musique Classique 2013 dans la catégorie « révélation soliste instrumental de l’année », co-soliste à l’Orchestre Philharmonique de Radio-France dirigé par M.W.Chung de 2010 à 2014, Emilie Gastaud est actuellement première harpe solo de l’Orchestre National de France sous la direction d’Emmanuel Krivine.

Lauréate 2010 de la fondation Cziffra, Emilie GASTAUD contribue au rayonnement de l’école française de la harpe à travers l’Europe et met son talent au service des plus grands orchestres » (journal la Provence).

« J’ai été surpris par ses capacités techniques et séduit par la grande sensibilité de son jeu. Elle a une fantaisie et un spectre sonore que l’on retrouve chez peu de harpistes ». Philippe Jordan, directeur musical de l’Opéra de Paris.

Née à Paris en 1988, Emilie GASTAUD s’est formée tout d’abord auprès de Frédérique CAMBRELING, à laquelle elle doit son amour de la harpe et sa vocation.
A 11 ans, elle remporte un 3ème Prix au concours international « Félix Godefroid » en Belgique, à la suite duquel elle sera invitée pour donner une série de concerts à Namur et dans sa région.
Elle obtient à 15 ans, avant même son entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, le soutien de la Banque de France, en compagnie de Lionel Bringuier.
Puis, en 2006 le 2ème Prix à l’unanimité au Concours International de harpe de Lille (ancien concours Martine Géliot) avec le Prix Spedidam pour la meilleure interprétation de la danse des lutins d’H. Renié ainsi que le Prix de la SACEM.
En 2008, à l’issue de son Premier Prix, mention très bien à l’unanimité au CNSM de Paris avec Isabelle MORETTI, Emilie Gastaud obtient une mention d’honneur en finale du concours international Lily Laskine après avoir interprété le concerto de Zabel avec l’Orchestre de la Garde Républicaine.

De 2004 à 2008, et poursuivant en parallèle une solide formation de soliste accompagnée d’expériences orchestrales de haut niveau, Emilie Gastaud est successivement première harpe de l’Orchestre Français des Jeunes (OFJ) avec J .L. Cobos et J .C. Casadesus, puis harpe solo au Gustav Mahler Jugend Orchester (GMJO) dirigé par C. Abbado, puis P. Jordan, se produisant ainsi dans les plus grandes salles d’Europe (Royal Albert Hall à Londres, Musikverein à Vienne, Köln Philharmonie, Munich...) et d’Amérique du Sud.

Son intégration en 2008 dans la prestigieuse Académie Karajan lui donne une expérience professionnelle unique au sein de l’Orchestre Philharmonique de Berlin sous la coupe de Marie-Pierre LANGLAMET, avec qui elle étudie durant deux années.
Elle joue alors sous la baguette des plus grands chefs tels que : S. Rattle, S. Ozawa, P. Boulez, Z. Mehta, G. Dudamel, S. Bychkov …

 

Parallèlement, elle poursuit un master à la Hochschule de Hambourg dans la classe de Xavier DE MAISTRE, et remporte en 2010 son « Konzertexam », diplôme de soliste, avec les félicitations du jury.
Durant ce cursus, elle obtient le premier grand prix « Ebel Preis » : c’est la première fois qu’une harpiste reçoit cette distinction.
Elle joue en soliste le concerto de Ginastera avec l’orchestre symphonique de Hambourg et également les Danses de Debussy avec l’Orchestre de Chambre de Toulouse.

Elle participe à de nombreux festivals (Jeunes Talents à Paris, Jeudis Musicaux de Royan, Arsenal de Metz, Flâneries musicales de Reims, théâtre Adyar, Pianos Folies du Touquet, le festival international d’orgue de Roquevaire, Harpe en Avesnois, Kammermusiksalle et Schloss Bellevue de Berlin, Altenoper de Frankfort, Bilbao en Espagne...), dont celui d’Aix-en-Provence avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin, où elle joue l’Introduction et Allegro de Ravel avec le quatuor Navarra. Œuvre qu’elle reprendra avec le quatuor Ebène en demi-finale du concours international ARD de Munich en 2009 et obtiendra le « «Bärenreiter Urtext Preis ».

Elle a pour partenaires : le trompettiste Romain Leleu, le flûtiste Matteo Cesari et Adriana Ferreira, les altistes Adrien La Marca et Jérémy Pasquier, la soprano Tatiana Probst-Casadesus, le harpiste Nicolas Tullier, la violoniste Mathilde Borsarello, son père, le percussionniste Michel Gastaud avec qui elle a formé le duo Reflets et les quatuors Psophos et Hermès.

Le premier CD d’Emilie Gastaud « Dansons avec les cordes » est paru chez Triton Records en octobre 2012 (distribution Abeille Musique), avec la participation exceptionnelle de l’acteur André Dussollier, sur des textes et œuvres en rapport avec la danse et la littérature.

Le répertoire d'Emilie Gastaud, immense, s’étend de la musique Baroque à la musique contemporaine, avec une prédilection pour la musique française du XXème siècle, et comprend des créations de divers compositeurs, aux esthétiques variées.

Medias :
France Musique : « Leur 1er CD », et « Carte Blanche à Emilie Gastaud » (1 h 30 de concert et d'interview en direct), sur l'invitation de Gaëlle Le Gallic.
« Festival Radio France Montpellier », création en exclusivité du septuor de Philippe Hersant.
France Inter : "Ouvert la Nuit", en compagnie de Karol Beffa et Deborah Nemtanu, par Alexandre Héraud
"Carrefour de Lodéon".
FR 3 : conférence de presse des "Victoires de la Musique"
Soirée "Les Victoires de la Musique" (en direct, et en prime-time).

L’artiste joue une harpe Lyon & Healy.